Dimanche 11  janvier 2015

Libération et l’Humanité ont annoncé une édition spéciale au profit de Charlie-Hebdo.

Samedi 11  janvier 2015  : Place de l’Hôtel de Ville : 2500 à 3000 personnes rassemblées

Willem, dessinateur à Charlie-Hehdo


"Nous vomissons sur tous ces gens qui, subitement, disent être nos amis", s'emporte un des dessinateurs de Charlie Hebdo, Willem, après l'attentat contre l'hebdomadaire satirique. Dans un entretien au quotidien néerlandais Volkskrant, publié samedi 10 janvier, le dessinateur néerlandais ironise : "Nous avons beaucoup de nouveaux amis, comme le pape, la reine Elizabeth ou Poutine : ça me fait bien rire." Et il ajoute : "Marine Le Pen est ravie lorsque les islamistes se mettent à tirer un peu partout."

Pour le dessinateur Luz, ces manifestations sont à "contre-sens" de Charlie



Luz, l'un des dessinateurs de Charlie Hedbo  s'exprime dans une interview au magazine "Les Inrocks". Il donne son regard sur le mouvement "Je suis Charlie" unanimement repris à travers la France, jusqu'à faire de "Charlie Hebdo" un vrai symbole universel. 

"Tout le monde nous regarde, on est devenu des symboles, tout comme nos dessins". "On doit porter une responsabilité symbolique qui n'est pas inscrite dans le dessin de Charlie", explique Luz. "C'est formidable que les gens nous soutiennent mais on est dans un contre-sens de ce que sont les dessins de Charlie", ajoute le dessinateur, qui travaille à l'élaboration du numéro qui paraîtra mercredi à un million d'exemplaires, contre 60.000 habituellement.

"Charlie se bat contre le symbolisme"

"Cet unanimisme est utile à Hollande pour ressouder la nation. Il est utile à Marine Le Pen pour demander la peine de mort", note Luz. "A la différence des anglo-saxons ou de Plantu, Charlie se bat contre le symbolisme. Les colombes de la paix et autres métaphores du monde en guerre, ce n'est pas notre truc", explique-t-il.  

DES DESSINS POUR CHARLIE

Des dessinateurs de presse du monde entier rendent hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie-Hebdo.

Manifester pour un réveil citoyen

PAR FRANÇOIS BONNET, EDWY PLENEL

Il existe au moins deux bonnes raisons de manifester dimanche : pour rendre hommage aux victimes, mais aussi pour nous tous. Pour alimenter ce réveil civique contre le terrorisme d'abord, mais aussi contre le Front national et contre les incendiaires. 

Nul besoin pour cela de se plier à « l'union sacrée » voulue par le pouvoir. Bien au contraire. (réservé aux abonnés)


Pour «Charlie», voir le Front serait un affront

MATTHIEU ECOIFFIER ET LAURE EQUY  - 9 JANVIER 2015 À 21:56


Le Front national présent dans la marche de dimanche au milieu des pancartes noires «Je suis Charlie» ? Une perspective impossible pour les auteurs et lecteurs de l’hebdo qui bouffe du facho depuis sa création. Mercredi, avant l’irruption des terroristes, «pendant la conférence de rédaction, on a eu un débat sur Houellebecq. Cabu a dit qu’il était révolté par ce livre qui sert la soupe au FN», confiait vendredi Laurent Léger en marge de la première réunion de l’équipe de Charlie Hebdo à Libé. Et ce journaliste d’investigation, rescapé de la tuerie, de rappeler que «le FN n’a jamais défendu les valeurs humanistes, de liberté et de solidarité de Charlie. Ce n’est pas un parti républicain. On a toujours été leur cible. lire la suite

Lu dans la presse nationale

Liberté de conscience et respect de la laïcité

VENDREDI, 9 JANVIER, 2015 - L'HUMANITÉ

Par Jean-Paul Scot, historien et auteur :


"Charb, Cabu, Wolinski et Charlie Hebdo ont-ils été châtiés pour avoir blasphémé ? Non ! Ils ont été assassinés pour avoir défendu, par l’humour mais jusqu’au sacrifice, la liberté de conscience, de pensée et d’expression critiques contre tous les obscurantismes, tous les fanatismes, tous les intégrismes religieux et politiques."


Charb, Cabu, Wolinski et Charlie Hebdo ont-ils été châtiés pour avoir blasphémé ? Non ! Ils ont été assassinés pour avoir défendu, par l’humour mais jusqu’au sacrifice, la liberté de conscience, de pensée et d’expression critiques contre tous les obscurantismes, tous les fanatismes, tous les intégrismes religieux et politiques. Ils n’ont pas été massacrés par des musulmans, fussent-ils radicaux, mais par des terroristes barbares et fascisants. lire la suite

ils ont dit

Appel aux dons pour Charlie hebdo

VENDREDI, 9 JANVIER, 2015

Les professionnels de la presse avec l'association "Presse et pluralisme" lancent un appel aux dons pour faire vivre Charlie Hebdo.


L’Association Presse et Pluralisme, créée par l’ensemble des organisations professionnelles de la presse, mobilise tous ses moyens et ses relais pour manifester sans délai sa solidarité à ses confrères de « Charlie Hebdo » après l’odieux attentat dont ils ont été les victimes. Elle a décidé d’apporter dans l’immédiat un concours de 200 000 euros afin de permettre à « Charlie Hebdo » de lancer son numéro à 1 million d’exemplaires.

Elle coordonne d’autre part les campagnes de dons auprès du public des lecteurs et amis de « Charlie Hebdo », quels que soient les supports, dons qui pourront bénéficier grâce à elle d’une déduction fiscale. L’ensemble des organisations professionnelles de presse réunies au sein de l’Association Presse et Pluralisme prend ainsi toute sa part à la mobilisation de la presse et de l’opinion françaises pour la défense et la promotion de « Charlie Hebdo » et à travers ce journal, pour notre liberté à tous.

 

Charlie Hebdo a besoin de vous pour survivre.

Vous pouvez effectuer un don :

- Soit par carte bancaire Sur le site jaidecharlie.fr   

  1. -Soit par chèque, libellé à l’ordre de : Presse et Pluralisme / opération « J’aide Charlie », accompagné obligatoirement du coupon en pièce jointe.


A retourner exclusivement à l’adresse suivante :

Association Presse et Pluralisme

TSA 32649

91764 Palaiseau Cedex

Charlie Hebdo : ce que vous nous avez arraché


Daniel Schneidermann | Fondateur d'@rrêt sur images



Ah c’est malin. Bravo. Pleine réussite. Voilà qu’on se surprend soudain à pleurer avec Val, quand il pleure ses copains de Charlie. Voilà qu’on se retrouve à République à lever nos stylos comme des idiots, en cherchant le réconfort dans les plis de la statue froide, où ne s’attardaient plus que les pigeons, et dont nous retrouvons soudain le nom.

Ah c’est malin. Voilà qu’on en mesure soudain le prix, de notre petite décadence tranquille, à l’heure exacte où vous voulez nous l’arracher. Notre démocratie à hoquets qui ne débouche jamais sur rien, notre dérision mécanique, sans fin, notre liberté sexuelle vide, nos futilités, nos inutilités, voilà soudain qu’Charlie Hebdo : ce que vous nous avez arraché lire la suite


Hommage à Cabu des dessinateurs de France 3 Champagne-Ardenne

Thierry Doudoux et Daniel Casanave

Invités de l'émission "La voix est libre" consacrée à Cabu, disparu lors de l'attentat contre Charlie Hebdo, les dessinateurs Thierry Doudoux et Daniel Casanave ont tenu à lui rendre un dernier hommage. Voici leurs dessins.

Charlie hebdo. Je ne veux pas partager mon deuil et ma douleur avec eux

Le blog de Jean Ortiz.

Je manifesterai, le cœur et la colère gros, mais en prenant soin d’éviter les infréquentables. Je ne veux pas, je le redis, partager ce deuil et cette douleur avec eux.

Les monstres qui ont commis ce crime inqualifiable au siège de Charlie Hebdo, l’hebdo insoumis, provocateur et tendre, antiraciste, humaniste ; sont des hommes formatés par des courants religieux fascisants, par des Etats théocratiques « fondamentalistes », « amis de la France », pour faire taire l’esprit critique, l’humour, l’anticonformisme, la pensée libre, la laïcité, la création sans rivages... Ils n’ont aucune excuse. lire la suite

Vivement mercredi !

Après un week-end œcuménique à près de quatre millions de pèlerins, allez faire un billet à six sous. D'autant que, depuis le 7 janvier, la question est de nouveau posée : peut-on rire de tout, décliné sous ce tendre diktat : « Il ne faut pas aller trop loin ». N’est-ce pas ?

J’attends donc mercredi, la couverture de Charlie-Hebdo. Ayons confiance en Luz, Willem, Coco et les autres, ceux dont on ne va pas tarder à apprendre par cœur le coup de crayon. On peut vivre sans tous ces satrapes qui « paradaient en tête de gondole de la manif parisienne » mais pas sans caricaturistes, humoristes, dessinateurs de presse. On ne peut pas vivre sans impertinence, sans impolitesse.

J’attends donc avec impatience, mais assez sereinement,  la Une de ce Charlie outragé ! Charlie brisé ! Charlie martyrisé ! mais Charlie libéré !

Comment vont-ils caricaturer cette information lue dans Médiapart « En acceptant la participation à la manifestation…d’une joyeuse galerie d’affreux en tous genres, ennemis de la liberté de la presse, dictateurs et embastilleurs d’opposants issus des quatre coins de la planète, le gouvernement Hollande-Valls a une fois de plus fait la démonstration de sa lâcheté » ?

« Viktor Orban, Ali Bongo, le premier ministre turc, des ministres russes, algériens, égyptiens ou des Émirats arabes unis… Cette liste ressemble à la dernière page d’un Charlie Hebdo… »

C’est clair, dans certains coins du carré VIP de la manifestation on se serait plutôt cru à Beaucaire qu’à Paris.

J’attends mercredi et Charlie pour que ce bel unanimisme de façade se lézarde un peu et que l’on puisse respirer  l’air de la lutte, l’air de l'irrévérence, qui est aussi celui de la liberté.

Un manifestant, c'est dans Libé, brandissait une pancarte au slogan réverbérant de lucidité : » Tu t’es vu sans Cabu? » mais ce n’est pas possible, hein, Charlie ?

Vivement mercredi !

Rachid R.

Gérard Paris-Clavel, Morts de rire.

L'image a été réalisée le 7 janvier 2015 en hommage aux victimes de l'attentat à Charlie Hebdo. Elle a été publiée dans l'Humanité...