la une       actualités       syndicat       dossiers       international      sa voir      liens

Edito

Retraités maltraités, surtaxés, y’en a assez !*

Richard Vaillant, Secrétaire du syndicat des retraités de Chaumont

Chaumont, 28 septembre.  400 personnes se sont rassemblées au Marché couvert contre la hausse de la CSG et pour la revalorisation des pensions. Un Marché couvert des grands jours. « Cela faisait longtemps qu’on avait pas vu autant de monde  » m’a confié un manifestant. De fait, la seule comparaison possible remonte à plus de dix ans avec 300 retraités recensés.

La colère était palpable tout au long du cortège. Et les mesures concoctées dans le budget de l’état qui prend beaucoup à ceux qui ont peu pour donner à ceux qui ont tout, ont rajouté au ras-le-bol ambiant.
La presse nationale a d’ailleurs rivalisé de formules pour qualifier cette journée de lutte. « Retraités maltraités ». « La grogne des retraités » ou encore « Les retraités vent debout contre la hausse de la CSG ». « Manifestants remontés à bloc », prêts à poursuivre et à amplifier la mobilisation contre la hausse de 1,7% de la CSG et obtenir un peu de respect de la part du gouvernement qui multiplie les agressions à leur encontre.

Car c’est une véritable provocation d’entendre la ministre du Travail demander un effort aux "retraités les plus aisés" pour "récompenser le travail" en redonnant du pouvoir d'achat aux actifs. 

Ainsi, dans l’imaginaire de Mme Pénicaud qui s’imagine sans doute encore à Las Vegas, on est un retraité aisé à partir de 1200 euros de pension. Il faudrait, comme dans ces émissions de télé réalité où des patrons s’immergent dans les bas fonds de notre société («leur» entreprise), que Macron et sa ministre sortent des ors des ministères pour vivre avec 1200 euros par mois. Leur restera-t-il de quoi boursicoter après avoir payé loyer, nourriture, santé, chauffage, transports et impôts ?
Et, si l’on comprend bien, «on récompense» le travail de ceux qui ont le bonheur d’en avoir un en taxant ceux qui ont passé ou usé leur vie à travailler et qui pensaient avoir acquis le droit à une retraite heureuse et pourquoi pas tranquille.

Notons qu’il est hors de question, dans leur monde bâti d’inégalités, consacré au culte du profit, de demander de l’argent à ceux qui spéculent, qui délocalisent, qui licencient ou qui voyagent aller-retour, mallettes pleines vers la Suisse, le Luxembourg ou les Iles  Caïman. Sans parler de l’ISF ou du CICE...

Des efforts ? Nous n’avons pas de leçons de solidarité à recevoir de ces politiciens au service du grand capital, qui maltraitent, taxent et surtaxent les retraités.
Si nous avons des « efforts » à produire aujourd’hui, c’est en direction des retraités qui doutent encore du bien-fondé des revendications soutenues hier par sept syndicats haut-marnais. Continuons à débattre, à mobiliser, à rassembler.

Sept syndicats au coude à coude, unis dans les rues de Chaumont, entraînant près de quatre cents retraités dans leur sillage,  voilà qui est de bon augure. Ce n’est qu’un début...

Richard Vaillant

* slogan entendu dans la manif parisienne