la une      actualités       syndicat     dossiers     international     savoir     liens

Solidarité avec Marie-france

La France n’est pas l’Arabie Saoudite, nous l’accordons volontiers. Là-bas, le délit de lèse-majesté y est passible de la peine de mort. D’où de difficiles manifestations pour mettre fin à ce système inique. Après ce (très) petit tour « d’allez voir en dictature » auquel nous avons été sommés, qu’en est-il de la démocratie et des libertés en France, aujourd’hui ? La question est bien trop complexe pour être résumée en quelques mots. Au sommet élyséen de la pyramide nous sombrons chaque jour un peu plus dans l’étrange pays qui est le nôtre : l’Absurdistan. La dernière saillie en date du premier de cordée consiste à regretter que ce foutu peuple français soit constitué de 66 millions de procureurs. Il se trouve qu’en cela, la Haute-Marne n’est pas des mieux servie.

Outre les responsables de tous niveaux et parfois de bas niveaux qui s’érigent ainsi, le procureur en titre (pas le meilleur des 66 millions !) vient, à nouveau1, de se distinguer.

Samedi 30 janvier, le jour même où était honorée la mémoire de J.F. Vilbois ancien président départemental de la Ligue des droits de l’homme, ce procureur-procureur faisait signifier par voie de gendarmerie un rappel à la loi. La personne visée est « une habitante de Châteauvillain, gilet jaune à ses heures », comme l’a désignée « l’Affranchi » dans un article du 8 novembre 2020  classé dans son bêtisier de la semaine, photo de « l’objet du délit » à l’appui. La retraitée  mise en cause, attachée à la défense de sa liberté comme des libertés en général, est dans le collimateur de l’adjudant de Gendarmerie local. La suite des accusations ubuesques portées à son encontre valide donc les « soupçons ». Savoir : par l’affichage de pancartes (dans sa propriété)

1/ avoir injurié le président de la République française (sans jamais citer son nom !)

2/ sur d’autres pancartes, avoir porté atteinte à l’honneur ou la considération de celui-ci.

Alors, autre affaire « Macronavirus » ? Non ! Car la décision notifiée laisse planer la menace d’une lourde sanction en cas de « nouvelle infraction, quelle qu’elle soit, dans un délai de 6 ans. ». Un bracelet anti-liberté d’expression en quelque sorte…

Nous en reparlerons mais, dès à présent, nous assurons Marie-France dite Marianne, Gilet jaune, compagne de lutte pour les revendications comme pour les libertés, de notre entier soutien.

G. TARDENOIS

1 Journal n° 126 – Décembre 2018. Arrestations préventives en gare de Chaumont. Extraits :  «Ainsi, pour le simple fait d’avoir l’intention de manifester, les gilets jaunes sont victimes d’arrestations arbitraires et de violences policières. C’est  inadmissible, révoltant, indigne d’une démocratie....

Un état qui viole les droits fondamentaux de ses citoyens, celui de circuler, celui de manifester, un Etat qui humilie la jeunesse, un état qui ne garantit pas la sûreté à tous ses citoyens, mais seulement à une petite caste de nantis, un état qui utilise la justice pour faire régner l’arbitraire et l’autoritarisme en s’autorisant des infractions multiples et scandaleuses, cet état n’est plus un état de droit.