la une      actualités       syndicat     dossiers     international     savoir     liens

le ségur haute-Marne



Non à la division


Louis Laprade, syndicat CGT des retraités de Chaumont

Forte mobilisation à Langres le samedi 12 février pour dénoncer la marche forcée du trio infernal ARS-préfet-direction quant à la poursuite de la casse du système de soin dans le sud-centre de la Haute-Marne. Nous avons l’illustration de ce que nous dénonçons chaque semaine depuis l’ouverture du Ségur : un projet décidé dans les cabinets au mépris du dialogue, une gradation des soins qui dépouille les hôpitaux de proximité, pas de projet d’établissement à la hauteur des besoins de la population et, facteur déterminant de la lutte contre les déserts médicaux, rien pour les personnels !

L’autre stratégie de ce projet, plus pernicieuse et hautement politique, est de diviser les acteurs du soin et d’amener à opposer Langres et Chaumont. Les services saupoudrés dans tel ou tel territoire n’enrichissent ni ne sécurisent l’offre de santé. Chaumont n’est pas mieux sauvegardé que Langres, et les patients de la ruralité sont désorientés, voire oubliés.

Ne cédons, ne cédez pas à cette provocation. À l’instar de d’Oskar Rapp*, sorti du chapeau par le JHM (15.02), ce serait bien que « tout le monde s’entende ». Espérons que son expertise s’arrête là ! Son rapprochement du traitement d’un patient avec la construction d’une automobile est pour le moins déplacé, à moins qu’il n’exprime tout haut ce que d’autres ambitionnent : faire de notre santé une marchandise que l’on exploite sur une chaîne de montage déshumanisée et surtout rentable.

Langres a montré le chemin de la rue. Un exemple à suivre. L.L.

* Ancien patron de Freudenberg