la une      actualités       syndicat     dossiers     international     savoir     liens

Déclaration DU SYNDICAT CGT DES RETRAITÉS DE CHAUMONT

À propos de la Réa de Chaumont

Réanimons la Réa, tel était le titre de notre déclaration du 1er Juillet. Cette formule s’impose toujours à nous aujourd’hui car elle est parlante et entendue.

Notre pétition signée par près de 6 000 personnes en atteste. Seuls la période de pandémie si particulière tant par sa gravité que par sa gestion inconséquente, le manque de temps pour la porter, y compris au-delà de Chaumont, ont fait défaut. S’adresser aux voisins, aux collègues, aux passants connus ou inconnus permet de vérifier immédiatement la puissance convaincante de ce message. Poursuivons la collecte des signatures !

Il  y a de l’indécence, 5 mois après le début du confinement et alors que nous sommes menacés par l’annonce d’une possible seconde vague, à se saisir du prétexte financier, prétexte qui ne tient pas, pour justifier la suppression de la Réa.

Oui, il est anormal, injuste et inadmissible que le Sud haut-marnais avec ses 100 000 habitant.e.s ne dispose pas d’un service ultime de survie, de proximité. Comme vient de le montrer la crise de la Covid-19, la France est sous-équipée en lits de Réa avec 5 432 unités, soit 8 lits pour 100 000 personnes.

Depuis la suppression de la Réa de Chaumont, la Haute-Marne, quant à elle, ne dispose plus en tout et pour tout que de ce nombre de 8 lits pour plus de 170 000 âmes. Encore sont-ils tous situés à Saint-Dizier, à l’extrême nord du département et, pour le comble, zone qui ne fait pas partie du même Groupement Hospitalier que le sud.

Ce court mot d’ordre « REANIMONS LA REA », le Conseil Municipal de Chaumont l’a adopté. L’Agglo doit s’en emparer également, ainsi que le Département. Nous le répétons, c’est une question d’utilité publique. Une question d’inversion de la courbe démographique qui est en baisse accélérée, une question d’avenir pour le département autant que pour la population qui y vit.

Mais l’essentiel, sans lequel rien n’est et ne sera possible, tient en l’appel que nous adressons à toute la population concernée : « Rassemblons-nous ! ». Hors de toutes les différences qui existent et subsisteront : « RASSEMBLONS-NOUS ! ».

Chaumont, le 13 août 2020

RÉA : ROUVRIRA OU PAS ?

Le « GCS Pôle santé sud haut-marnais », aiguillonné par l’attrait de la population locale pour la réouverture du service de réanimation à l’Hôpital de Chaumont, n’y va pas par quatre chemins.

Comme le trébuchet d’une guillotine, sa « décision » est tombée. Aussi brève que péremptoire : « La réa ne rouvrira pas ». Elle fait titre dans l’ « l’Affranchi » du 11/09. Pour enfoncer le clou, un de ses membres (plus affûté ?) a affirmé « en matière de Réa, la Haute-Marne ne serait pas si mal dotée ».

Point barre. Il aurait presque pu être complété par un  non-dit fortement pensé« Et que la populace la ferme ! ».

Bien avant de lancer sa pétition et le débat, notre syndicat avait pris connaissance et étudié les chiffres par département du très mal nommé « Solidarité-Santé-Gouv. »

Or il s’avère que la référence à ces taux lits/population est trompeuse. Sans refaire l’historique des 10 ans d’ARS, l’essentiel de ses buts et décisions a été et reste la chasse aux « déficits » et aux économies, par charcutage et amputation du service public de santé. Et l’une des trouvailles en ce domaine consiste en une chirurgie (sans anesthésie) du territoire de la République. Opération où l’on passe outre les départements, voire les régions, par création des GHT.

Ainsi, pour le système santé, la Haute-Marne n’existe pas ou plus. Le nord est agrégé à un GHT 51-52-55 qui va de la frontière belge au sud de l’arrondissement de Saint-Dizier. Les 8 lits de Saint-Dizier « attribués par le GCS » à tout le département ne concernent en réalité que 70 000 personnes sur 180 000. Ils couvrent, par contre, les Agglos de Vitry (51), et Bar-le-Duc (55), au moins en partie. Si les chiffres et le territoire varient, le GHT auquel Saint-Dizier est rattaché regroupe une population de 232 000 personnes pour 16 lits (8 à Saint-Dizier et 8 à Verdun) soit 1 lit pour 14 400 habitants. La répartition indique que dans le sigle GHT, le T de Territoire joue un rôle de proximité.

Celui dit  « Ardennes » ne regroupe que le nord et l’est, le reste allant à la Marne, et le rapport 12 lits Réa/164 400 habitants se résume à 1 lit pour      13 700 (moyenne nationale :  1 lit pour 12 500).

Les questions motivant la réouverture d’un service public de Réa à Chaumont restent entières : depuis 2014, population 110 000 habitants  – lits de Réa = 0.

Rappelons que depuis 2017, le Sud Haute-Marne est exclu de la région Grand-Est pour la santé, rattaché au GHT 21-52 (Dijon + de 650 000 personnes). Eloignement de certaines communes 150 kilomètres.

Une Réa à l’hôpital de Chaumont, c’est une question d’utilité publique, une question d’avenir pour le département autant que pour la population qui y vit. Qui a dit qu’il fallait arrêter l’action ? Qui a dit qu’il fallait arrêter de pétitionner.

Syndicat CGT des retraités de Chaumont

Le 17 août 2020




1 Groupement Hospitalier de Territoire, liste consultable

https://solidarites-sante.gouv.fr/professionnels/gerer-un-etablissement-de-sante-medico-social/groupements-hospitaliers-de-territoire/article/les-ght-par-region