la une      actualités       syndicat     dossiers     international     savoir     liens

Réa : des milliers de signatures !

Communiqué du syndicat Cgt des retraités de Chaumont

Au nom de l’austérité et des sacro-saintes économies à réaliser, les gouvernements et les ministres de la Santé successifs -de Bachelot à Véran en passant par Buzyn, pour ne citer que les derniers-, se sont livrés à une véritable destruction du service public de santé. Suppressions d’emplois, de lits et de services, les plus rentables offerts au privé  qui s’occupe de notre santé, si ça rapporte.

Les hôpitaux de Haute-Marne font figure de bons cobayes. Les politiques locaux n’ont-ils pas passé un temps infini à nous expliquer que dans un département en voie de désertification, il fallait nécessairement s’allier avec le privé ou, à tout le moins, gérer l’hôpital comme une l’entreprise. La santé, une marchandise. On sait où cela nous a menés  : plus de pneumologie, plus de Réa, plus de masques, plus de blouses, pas de tests, etc. L’alliance avec le privé, c’est celle de la carpe et du lapin.

Le privé qui se fait du gras avec nos cotisations sociales est en train de dépecer l’hôpital public. A Chaumont, avec l’aide de l’ARS, comme un alien, il occupe peu à peu le corps du centre hospitalier.

Cela doit cesser, sinon les grandes envolées lyriques de ces dernières semaines et les applaudissements de 20 heures n’auront été que de l’esbroufe, un mot que l’on accole d’ordinaire à Macron...

Il n’y a maintenant plus de doute, si l’on ne s’en mêle pas, pas de lendemain qui chantent. D’ailleurs, l’ARS de Haute-Marne vient de siffler la fin des applaudissements : la ré-ouverture de la Réa, n’était prévue que pour la période Covid et sa durée limitée à trois mois.

On sait où une politique qui ressemble trait pour trait à celle d’hier va nous mener. Rabougrissement des services publics, de la santé en particulier, l’hôpital et les Ehpad au régime sec. Le département poursuivra sa lente agonie, s’enfonçant encore plus dans le marasme.

Il faut sauver la Réa. Elle est indispensable si nous voulons un service de santé digne de ce nom. En annonçant la fin de la Réa, le gestionnaire, formé à l’école du libéralisme, veut nous prendre de vitesse. Cela semble d’autant plus facile que le gouvernement nous confine encore dans nos protestations. Mais qu’importe. Rassemblons-nous  et agissons ensemble pour sauver la Réa et pour que le jour d’après ne soit pas, pour reprendre un beau mot d’ordre, le retour à l’anormal... Dans ce but, nous allons prendre tous les contacts nécessaires et lançons, dans l’urgence, une pétition pour gagner les Chaumontais à cette conviction : notre avenir nous appartient.

29 mai 2020 - Syndicat CGT des retraités de Chaumont