la une      actualités       syndicat     dossiers     international     savoir     liens

Parc National Bourgogne-Champagne

Haute-Marne sacrifiée !

Article paru dans le journal du syndicat des Retraités CGT de Chaumont N° 20


Au nord, Bure et les 100 000 m3 de déchets atomiques qui y seront enfouis avec tous les risques de dégradation des colis radioactifs, de fuites, d'incendies, de rejets, d'accidents de transports de ces déchets qui vont sillonner nos routes de Haute-Marne .... Et au sud un parc national, qui va annexer, non seulement la forêt domaniale, mais aussi les communales et les bois privés. Voilà comment se dessine l'avenir de notre département. Au nord, une terre souillée pour des millions d'années, au sud, une forêt mise en réserve, bonne conscience du lobby du nucléaire (voir le dernier journal de l'Andra et son exposition sur les découvertes en forêt !), sous la tutelle d'un directeur nommé par l’État, des communes dépossédées de leur bien commun, donc d'une partie de leur richesse.















Est ce la faible population de notre département, sa résignation, sa crédulité, sa pauvreté, qui permettent cette appropriation de notre territoire par ces lobbies. Depuis des années notre département est sous perfusion de l'argent du nucléaire : 60 millions d'euros par an pleuvent sur deux départements les plus pauvres (la Meuse et la Haute-Marne ) pour « faire passer la pilule » de ce stockage en profondeur à haut risque. De plus, pour faire oublier ce « Tchernobure », et en même temps accaparer des valeurs sûres, ce sont nos forêts qui sont aujourd'hui convoitées. Sous prétexte de donner un nouvel essor à notre département, l'Etat s'apprête à mettre en réserve intégrale 3000 hectares de forêt domaniale, à placer sous règlement drastique et sous sa coupe 75 000 hectares de forêts communales et privées pour un parc national entre Champagne et Bourgogne de 220 000 hectares. Peut-on croire à cette soudaine générosité de l'État pour notre département alors qu'il y sacrifie la santé, les services publics, les transports...!

Peut-on croire à ses promesses d'un afflux de touristes censé redynamiser notre département ? Les 10 millions d'euros d'études réalisées à Châteauvillain pour le projet Animal Explora et financé par les seuls contribuables haut-marnais, n'ont toujours pas trouvé d'acquéreur. Gageons que les  630 000 euros par an d''études pour le Parc national vont aussi servir a acheter nos consciences comme les 60 millions de Bure !

Haut-Marnais/es  il est plus que  temps de réagir !

M-R P.

Le 28 avril 2013, L’Association des Racines et des Hommes et Marie-Rose Patelli, maire-déléguée de Marmesse, organisent une réunion à Châteauvillain. Thème : le Parc National et le tract appelant à cette réunion titre la face cachée du parc NationaL est la reprise du titre d’un article de Françoise Degert publié sur le site de Mediapart. Le NON au Parc est en train de se structurer.  Arguments pour un débat...

Réunion  à Châteauvillain le 28 mai 2013 organisée par l’association des Racines et des Hommes et Marie-Rose Patelli, maire-déléguée de Marmesse

libre opinion           

le parc national par Marie-Rose Patelli

Paru dans le Journal du Syndicat des Retraités CGT de Chaumont  N°8


Les parcs nationaux ne sont pas que des produits touristiques. Depuis les accords de Marrakech signés en 1994 lors de la création de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), la nature devient une extraordinaire ressource à exploiter. La terre est une entreprise, une marchandise.

La politique mondiale environnementale a été construite depuis les années 70 pour répondre à la crise industrielle en exploitant de nouvelles ressources. Les industries pharmaceutiques, cosmétologiques, agro-alimentaires..  tirent profit des  plantes, des animaux, en y déposant des brevets (Accord sur la propriété intellectuelle dit ADPIC).  Voilà pourquoi le moindre brin d’herbe est recensé et qu’il ne faut pas le piétiner. L'accord général sur le commerce des services (AGCS), privatise absolument tout y compris les savoir-faire, les paysages, les biens communs. Tout est comptabilisé, recensé dans les parcs nationaux. Ils sont  inscrits comme actifs naturels dans les comptabilités nationales, et peuvent servir de monnaie d’échange en cas de dette de l’État.

L'Espagne en sait quelque chose : son gouvernement a vendu le domaine de l’Almoraima (Sud de l’Andalousie) qui faisait partie du parc naturel de los Arconocales. Enfin, les parcs nationaux entrent dans les marchés financiers du carbone et de la biodiversité. Ainsi, sous couvert de développement local et de « chance » pour notre département, l'état s'apprête à nous déposséder  de  nos forêts... Et ce serait pour notre bien !

S'il tenait tant soit peu à s'intéresser à notre département, il aurait déjà réglé nos problèmes de dessertes ferroviaires et le no-man's land qu'elles engendrent ! (voir les suppressions de trains ). Et si ce Parc national était un apport touristique exceptionnel pour la Haute-Marne, pourquoi un groupe comme Vinci, avide de rentabilité, a-t-il jeté l'éponge dans le projet Animal Explora ?

Ne nous laissons pas berner non plus par le mot National, soi-disant « gage de la  préservation de notre bien », quand on voit comment le bien commun est bradé par l'état : santé, retraite, secteur nationalisé ... Il est temps de voir la réalité en face, le Parc national n'apportera rien aux Haut-Marnais mais il leur prendra leur richesse ! g

interdiction de marcher ?

Page suivanteParc_F._Degert.htmlhttp://livepage.apple.com/shapeimage_1_link_0

Pavé

Cherchez l'erreur !


Alors que les habitants du sud du département sont menacés dans leur santé avec la fermeture de la réanimation de l'hôpital de Chaumont, lors de sa dernière cession  « l''avenir de notre département, sa qualité, les opportunités à saisir, le refus de son déclin » ont été  été largement débattus au Conseil général, et... la création du Parc National a été largement approuvée ! Pas un mot sur le maintien de ce service public indispensable en milieu rural. Cherchez l'erreur !

Alors que des milliers d'habitants de notre département ont demandé un referendum sur l'enfouissement des déchets nucléaires à Bure, que les conclusions du débat(!) public haut-marnais ont montré la grande inquiétude de la population, le gouvernement (loi Macron) vient d'insérer dans la loi de transition énergétique, un article permettant d'accélérer cet enfouissement. Pas un mot non plus au Conseil général. Cherchez l'erreur !

Alors que l'enfouissement de 100 000m3 de déchets nucléaires dans le nord du département va polluer notre terre pendant des millions d'années, Conseil général et Préfet décident qu'il fallait dans le sud du département, protéger.... nos forêts. Cherchez l'erreur !

Alors que l'Andra (Agence National pour la gestion des Déchets nucléaires) est devenue propriétaire de 15% du parc naturel de la forêt d'Orient (Est-Eclair le 23 janvier 2014)au journaliste qui interrogeait son responsable sur cet achat, il lui a répondu : « Le bois a un intérêt écologique majeur, qui nous permet de compenser certaines nuisances occasionnées par ailleurs. Si on fait une étude d’impact pour un site, on peut mettre en avant ce type de gestion…» et le parc national dans tout ça ?  à visiter également à Bure l'exposition : découverte en forêt ! Cherchez l'erreur !

L'erreur c'est bien de lire, d'entendre tout ça sans rien dire !


M-R.P.