Déclaration du syndicat CGT des retraités de Chaumont

Parc national : osons le référendum

"Arrêtez de nous prendre pour des cons !" Cette apostrophe lancée par Jean-Luc Bouzon, alors conseiller général communiste de Saint-Dizier et farouche opposant à l’enfouissement des déchets nucléaires, lors d’une réunion publique à Bure, résume bien la façon dont les pouvoirs publics aux plans national et départemental voulaient escamoter le débat sur les déchets nucléaires.

Ce sentiment était et est partagé par des centaines de militants associatifs, écologistes, des élus et des syndicalistes. Tous, dans leur diversité, exigent un référendum autour du projet Cigéo. Rappelons que plus de 50 000 personnes en Haute-Marne et en Meuse ont apposé leur signature au bas de la pétition. Le refus d'une consultation démocratique opposé par les gouvernements successifs sur un tel projet, structurant les deux départements pour des milliers d’années (mille siècles !), est inadmissible.

On parle beaucoup de démocratie et plus on en parle, plus on semble s’en éloigner. Pour rester dans une actualité proche, cela fait bien longtemps que les Hauts-Marnais et les Meusiens sont victimes de l’article 49.3, ce déni de démocratie pour reprendre la phrase de François Hollande. Avant qu'il ne soit élu...

Il faut que les populations soient consultées sur tous les grands projets économiques et environnementaux. Cela doit devenir une exigence démocratique qui pourrait rassembler les forces attachées au progrès économique, social et environnemental. Il faut un référendum pour Bure. Il faut un référendum pour le Parc ! Cela demande également un large débat ouvert, démocratique d’où soit exclu tout nom d’oiseau ou de dinosaure. Certes, le projet Parc concerne les agriculteurs, les propriétaires de forêts ou les chasseurs mais pas seulement eux. C’est toute la population locale qui est impliquée.

Il n’y aurait rien à ajouter si nous n’étions confrontés à une attitude équivoque de la part d’élus écologistes ou de certaines composantes syndicales et associatives au Ceser de Champagne-Ardenne et dans notre département.

Pourquoi demander un référendum à Bure et le refuser pour le Parc ? Il suffirait donc que le gouvernement pare de toutes les vertus écologiques et repeigne de vert le projet concocté avec les multinationales (et le Medef) pour que certaines forces oublient le b.a.-ba de la démocratie. Ainsi, ce qui aurait été souhaitable pour Notre-Dame des Landes ou Sivens, ne le serait pas pour le projet de Parc national qui, excusez du peu, va s’étendre sur plus de 70 000 hectares du territoire de Haute-Marne et de Côte-d’Or ?

Et suffirait-il qu’il soit estampillé écologique pour être dispensé du passage obligatoire par la démocratie directe, surtout quand des élus outrepassent leurs droits et se livrent à des tripatouillages dignes d’une république bananière.

Le  syndicat CGT des retraités de Chaumont se range aux côtés de l'association des Racines et des Hommes pour demander un référendum. Aujourd'hui, la seule question qui mérite d'être posée est celle-ci : va-t-on oui ou non (!) donner la parole à ceux qui sont directement visés par les décisions prises par le gouvernement, les habitants de La Haute-Marne et de la Côte-d'Or ?

Chaumont le 7 septembre 2015

Syndicat CGT des retraités de Chaumont


Chaumont le 7 septembre 2015