la une      actualités       syndicat     dossiers     international     savoir     liens


« Le temps des forêts » en Haute-Marne


Le film documentaire sur « Le temps des forêts », récemment projeté au cinéma « A l'affiche » de Chaumont, nous a montré une forêt française mise à mal par une industrialisation sans précédent.

En utilisant des procédés d'exploitation sur le modèle agricole intensif, les forêts feuillues sont rasées à blanc, converties en monocultures de résineux, avec engrais et pesticides qui dégradent les nappes phréatiques forestières et la biodiversité de la biosphère sylvestre.

Dans ce film, on assiste au désarroi des personnels de l'ONF (Office national des Forêts) qui ne comprennent et n'admettent pas ce nouveau “système d'exploitation”. Ces forestiers, qui ont appris à leur école la conduite et l'entretien de ce capital commun, sont désorientés et découragés au point que 35 d'entre eux ont mis fin à leur vie. Particulièrement tragique. 

Le Comité de vigilance écologique de la Haute-Marne attire notre attention sur le fait qu'en ce département existent aussi les mêmes procédés d'industrialisation de la forêt et qu'ils engendrent les mêmes problèmes.

Nous assistons en effet, depuis quelque années, à une dégradation accélérée de nos propres massifs forestiers : coupes à blanc et enrésinements, approvisionnement massif tout azimut des chaufferies industrielles, urbaines, et particulières, en “bois- énergie”. Et bientôt un projet de synthétisation et transformation du bois de nos forêts en diesel ou kérosène, carburant pour avion. Un comble !

Au moment où l'on parle tant et tant du réchauffement climatique, de la conservation et protection de la biodiversité, on reste tous inquiets sur l'avenir de nos forêts.

Au train d'enfer économique et à la vitesse à laquelle on coupe les arbres et les taillis de régénération, sur des calendriers de plus en plus resserrés, la forêt haut-marnaise ne sera plus capable à l'avenir d'assurer la production du bois de qualité.

Bref c'est tout l’écosystème forestier qui, actuellement s'en trouve profondément perturbé et bouleversé au sein d'un mode de gestion financière, nouveau, lequel n'a plus rien à voir avec l'ancienne gestion économique, traditionnelle, de la forêt.

L'industrialisation de la gestion forestière est une fuite en avant de la surproduction de bois demandée par les industriels, liée à une rentabilité à tout prix comme cela fut appliqué, il y a cinquante ans, par l'agriculture avec le productivisme.

Protection, biodiversité, accueil du public sont sacrifiés par le capitalisme

sauvage et nos forêts deviennent de vulgaires usines à bois.

Que les Haut-Marnais ne manquent pas de réfléchir à pareille situation.

Un tel film aurait mérité un ample et vrai débat, avec tous les acteurs

du secteur et de la question.

Claude Kossura

Mardi 13 novembre 2018