Jean Luc BOUZON : je l'annonce aujourd'hui : je rejoins publiquement le camp des opposants  à ce projet  de Parc National.


Dans un long courrier adressé à la presse locale, Jean-Luc Bouzon conseiller général communiste de Saint-Dizier qui est un des acteurs majeurs de la lutte contre le projet Cigéo-Bure, précise ses positions sur trois dossiers essentiels pour notre département.


Ne me représentant pas lors des prochaines élections départementales, j'ai eu envie d'intervenir sur quelques sujets évoqués dans le JHM ces derniers temps, en espérant que vous voudrez bien en informer vos lecteurs.


1  -  LE CANAL ENTRE CHAMPAGNE ET BOURGOGNE

Tout  d'abord et sincèrement, bravo pour cette belle page aujourd'hui dans le JHM à propos du canal entre CHAMPAGNE et BOURGOGNE. Je veux aussi conforter qu'il est un atout touristique important pour notre Département. Lorsque que je me rendais aux réunions qui avaient lieu le matin au Conseil Général ou bien aux Archives Départementales, il m'arrivait régulièrement de mettre mon vélo dans le train pour partir à CHAUMONT et de revenir à SAINT-DIZIER en vélo par la piste cyclable. Je me faisais régulièrement la réflexion  en roulant au printemps, en été ou en automne, « qu'est-ce que c'est beau ». Cela ne fait que renforcer mon combat contre la poubelle nucléaire de BURE qui détruirait la belle image de notre Département. Le long du canal, on y  aussi des petits bateaux de plaisance, avec des gens qui vous saluent, parfois on discutait même. On y rencontre de plus en plus de familles avec leurs enfants qui se promènent soit à pied ou en vélo. La convivialité  est toujours présente. Ce serait inacceptable de déclasser ce canal ou d'en réduire l'entretien. Au contraire il faut le valoriser. Et continuer la réfection de la piste cyclable qui se dégrade à certains endroits.       


2 -  BURE/CIGEO... ACHATS DE TERRAIN...                                                                                                                       LA PIEUVRE EMPOISONNEE ETEND SES TENTACULES .

Dans le cadre de sa poubelle nucléaire à BURE, l'ANDRA n'en finit plus d'agrandir son emprise   sur le terrain. Considérant la Haute-Marne comme son « Jeu de MONOPOLY», elle n'en finit plus d'acheter es terrains. Les habitants ont raison de s'inquiéter de plus en plus.  L'empoisonnement de notre terre de vie s'élargit. Pendant ce temps-là, 37.511 Haut-Marnais(e)s, qui ont signé la pétition citoyenne, exigent toujours un référendum Départemental. La nouvelle loi le permet maintenant.

A bientôt Mesdames et Messieurs les futur(e)s élu(e)s du Conseil Départemental.

                                                                             

3 -  PARC NATIONAL : LA DEMOCRATIE PRéFECTORALE... A LA POUTINE


La délinquance est en baisse. Nous nous en réjouissons tous. Monsieur le Préfet qualifie même cette ampleur de la « diminution à la SOVIETIQUE ». Comment qualifier alors son propre comportement  lors de la dernière réunion générale qui était appelée à se prononcer POUR ou CONTRE le futur Parc National,     qui intégrerait une partie de la Haute-Marne ? Gare à ceux qui ne sont pas d'accord. Le Préfet a fait donner la charge par les CRS, matraquant, gazant les manifestants, etc... Autrement dit, ce fut, ce soir-là, une démocratie préfectorale à la Poutine. Et il a rajouté... J'aime bien les haut-marnais, mais je n'hésiterai pas à recommencer ! Il paraît même (vrai ou faux?) que Monsieur le Préfet avait, au moment du vote, un impressionnant nombre de pouvoirs...

Je faisais partie de ceux qui réfléchissait sur l'opportunité de ce Parc pour notre Département. J'ai regardé le débat sur FR3 REIMS, le Samedi matin dans la « VOIX EST LIBRE ». La personne qui défendait ce projet n'a pratiquement apporté aucun argument solide. Par contre, l'opposant, a argumenté ses craintes, donné des informations concrètes, expliqué ce projet. Il m' a convaincu. Puis, je me dis que, dès lors que l'on fait donner les CRS contre les citoyens sur un projet, que l'on veut les faire taire, c'est qu'il y a quelque chose à cacher. Monsieur le Préfet, avec votre démocratie  à la Poutine, vous vous êtes trompé de pays. 

Mais, avec de tels actes, merci Monsieur le Préfet, d'avoir éclairé encore plus ma lanterne.                                

Je l'annonce aujourd'hui : je rejoins publiquement le camp des opposants  à ce projet  de Parc National.


Jean Luc BOUZON