la une      actualités       syndicat     dossiers     international     savoir     liens

Hôpital : l'Etat ne peut plus se cacher

Elté, syndicat CGT des retraités de Chaumont

L'hôpital de Chaumont n'est pas en bon état. La vétusté se fait sentir un peu partout. Certains secteurs abandonnés se délabrent petit à petit. Le reste est entretenu a minima.

Evidemment ! Puisqu'année après année on le maintient dans un état de déficit permanent, les moyens nécessaires à son bon entretien ne sont jamais vraiment disponibles. On travaille avec des bouts de ficelle. Et ça le rend de moins en moins attractif.

On voudrait le faire aller droit dans le mur qu'on ne s'y prendrait pas autrement. Il est grand temps d'investir massivement dans sa réhabilitation. Ou peut-être serait-il plus judicieux d'en construire un neuf, comme le propose Nicolas Lacroix, le président du Conseil départemental ? Aller savoir...

L'élu se déclare prêt à faire financer la construction par la collectivité locale, grâce aux fonds du GIP Haute-Marne. Après tout, l'argent de Bure, qui est censé participer au développement d'infrastructures dans l'intérêt de la population, serait cette fois utilisé à bon escient.

Les opinions divergent sur le sujet. Mais la proposition a au moins le mérite de mettre certains comportements en lumière. L'Etat qui, dans son strict domaine de compétences, est toujours si prompt à essayer de faire cracher les collectivités locales au bassinet, est ici étrangement silencieux. Son représentant régional (l'ARS) n'a visiblement pas envie de saisir l'opportunité. Ce qui pose questions.

Avec un hôpital neuf, offrant de meilleures conditions d'exercice et d'hébergement, on espère attirer plus de médecins et de patients. Et celui qui, en l'occurrence, le financerait, serait en droit d'attendre que l'Etat y maintienne un certain nombre de services indispensables (à commencer par la réa, par exemple).

Est-ce justement ce que l'Etat ne veut pas ? Ne souhaite-t-il pas plutôt continuer à accompagner gentiment l'actuel hôpital dans son lent naufrage ?

En tout cas, si, comme on le pressent, l'ARS a l'intention de refuser la proposition du Département, il ne peut plus rester les bras croisés. Il faut qu'il présente un vrai projet alternatif. Ou bien il réalise lui-même le nouvel hôpital, ou bien il s'engage dans une profonde rénovation de l'actuel établissement.

Sinon, toute une population et ses élus en tête (d'où qu'ils viennent) seront en devoir de lui demander sérieusement des comptes.