la une      actualités       syndicat     dossiers     international     savoir     liens

Déclaration du syndicat CGT des retraités de Chaumont

Lycéens, gilets jaunes : non à l’arbitraire, non aux arrestations, non aux humiliations.

Avec les manifestations lycéennes et l’acte 4 des gilets jaunes (le 8 décembre), le pouvoir contesté, affaibli par les nombreux conflits et les manifestations semble avoir perdu tout sens de la mesure. 

Comme le rappelle la Ligue des droits de l’Homme, des vidéos montrant plus d’une centaine de mineurs, pour beaucoup lycéens,... agenouillés, face contre un mur, certains les mains sur la tête, humiliés par des policiers sont insupportables et ont profondément choqué.

Cet autoritarisme, cette volonté d’écraser toutes celles et tous ceux qui sont en désaccord avec la politique de Macron s’est aussi exprimée dans plusieurs gares et notamment à Chaumont où des gilets jaunes qui se rendaient à Paris ont été interpellés, fouillés et conduits au commissariat où  ils ont été auditionnés, puis soumis à un relevé d’empreintes et une prise d’ADN et se sont vu signifier un rappel à la loi.

Ainsi, pour le simple fait d’avoir l’intention de manifester, les gilets jaunes sont victimes d’arrestations arbitraires et de violences policières. C’est  inadmissible, révoltant, indigne d’une démocratie.... et ce n’est pas sans rappeler la répression qui s’est abattue sur les manifestants anti-Cigéo.

Un état qui viole les droits fondamentaux de ses citoyens, celui de circuler, celui de manifester, un Etat qui humilie la jeunesse, un état qui ne garantit pas la sûreté à tous ses citoyens, mais seulement à une petite caste de nantis, un état qui utilise la justice pour faire régner l’arbitraire et  l’autoritarisme en s’autorisant des infractions multiples et scandaleuses, cet état n’est plus un état de droit. 

Le syndicat des retraités CGT de Chaumont, qui a toujours fait de la lutte pour les libertés et la démocratie une des priorités de son activité, condamne de tels agissements. Il appelle les retraités, les travailleurs, les démocrates à agir face à de tels actes qui nous rappellent les heures sombres de notre histoire.

Chaumont le 11 décembre 2018

Répression : La Haute-Marne pour exemple ?

Déclaration du syndicat CGT des retraités de Chaumont

La Haute-Marne se sera mise en avant à plusieurs reprises depuis désormais 5 mois. D’abord le 17 Novembre qui vit plus de 12 000 personnes s’inscrire sur la page Facebook justement à cet intitulé 17 novembre .

12 000, c’est 9 % des électeurs inscrits du département et encore n’est-ce là que ceux qui disposent d’une connexion. C’était à cette date le département à la plus forte proportion d’inscrits.

Une seconde caractéristique est que c’est, entre autre, ici que s’expérimenta le contrôle et la garde à vue préventive avant manifestation. Ici que la simple possession d’un masque respiratoire, d’un gilet jaune à proximité de la gare, à l’heure de départ d’un train vers Paris entraîna l’embastillement, la contrainte et (sans doute la fiche S, propre aux terroristes). Nous l’avons alors vivement condamné. Aujourd’hui, dans cette hystérie de répression juridico-policière, ici ce sont plusieurs gilets jaunes  de Saint-Dizier, dont l’emblématique La Paglia, qui sont dans le viseur. Sans doute ne leur est-il pas pardonné de réclamer plus et mieux de « Liberté, Egalité, Fraternité » depuis 5 mois et, comble de tout, d’avoir invité une icône, coupable d’avoir été éborgné sans raison et de poursuivre sa lutte.

Toute notre solidarité à La Paglia et à ceux qui ont été ICI en garde-à-vue.

15 avril 2019

Déclaration(s) du syndicat CGT des retraités de Chaumont