édito : 800 euros par seconde !

Par Richard Vaillant - 11 mars 2018

«Le péril vieux donne des cheveux blancs à Macron»,  titre le Canard Enchaîné de cette semaine, et le joyeux volatile d’énumérer les sujets de mécontentement des retraités. En place de choix, l’affirmation de Macron et Pénicaud selon laquelle, les retraités modestes ne devaient pas souffrir de la hausse de la CSG. Un mensonge de plus. Les retraités modestes casquent comme les autres et en plus le président de la République vient de leur confirmer qu’il assumait une telle politique. Le mensonge, plus le mépris. Le Canard se fait aussi l’écho de la grogne qui s’amplifie «dans les circonscriptions» des députés LREM. A tel point, écrit Hervé Martin, «que le président de la République et le Premier ministre y voient l’une des causes des deux défaites essuyées le 4 février aux législatives partielles de Belfort et Pontoise. Voire de la baisse de popularité (près de 10%) enregistrée par Macron et Philippe dans les sondages...»

Les retraité.es sont en colère, il n’en peuvent plus des mensonges, du mépris, des insultes  proférées à leur encontre par les députés qui ne connaissent de la vie sociale que leurs confortables indemnités mensuelles. L’un d’entre eux s’est même cru autorisé à dire que les retraités appartenaient à une génération dorée. S’il y a quelque chose de doré en ce monde, ce sont les parachutes que les dirigeants d’entreprises s’octroient au moment de changer de boutique ou de partir à la retraite. Et sortir une telle ânerie alors qu’on apprenait que Bernard Arnault, passait de la 11e à la 4e place au hit-parade des fortunes mondiales est indécent. Le Canard pourrait inscrire le nom de ce député sur son mur du çon...

Trente milliards de plus en un an, soit 800 euros par seconde. 800 euros c’est la pension moyenne d’une retraitée en Haute-Marne... Une retraitée à qui on aura volé (je ne vois pas d’autre mot) 1,7 % de sa retraite si elle a, par exemple, une pension de réversion ou si elle cumule sa modeste pension avec celle tout aussi modeste de son mari.  800 euros par seconde et c’est aux cheminots retraités que l’on demande des comptes ou aux retraités qui sont nantis ou privilégiés, si l’on en croit l’Elysée, à partir de 1200 euros par mois...

Les vieux se rebiffent, les cheveux blancs sont rouges de colère, les seniors sont mécontents. Ils ont la rage. Dans nos rencontres sur les marchés les retraité.es nous disent qu’ils en ont ras-le-bol d’un président qui ment, d’un premier ministre hautain et méprisant et d’une députée godillot qui se tait et approuve toutes ces mesures antisociales et anti-retraités. Le 15 mars, jeudi prochain, soyons nombreux à 15h. au Boulingrin de Chaumont. Oui les vieux se rebiffent et ce n’est qu’un début...

Richard Vaillant

Secrétaire du syndicat des retraités de Chaumont